Connexion [s'inscrire]
User :
Pass :
Mot de passe égaré ?

Deux jours à tuer ?

Loin des festivités de Cannes célébrant un cinéma que nous n...
* Tous les articles *

Le Klub des Loosers

Lancé dans les années 2000, Fuzati, le rappeur masqué, fait ...
* Tous les gens *
  Fêter Noël avec Rammstein 7 

Roter Sand
Waidmanns Heil
Liebe ist für alle da
Haifisch

Paroles
Rammlied
Ich Tu Dir Weh
Waidmanns Heil
Haifisch
B********
Frühling in Paris
Wiener Blut
Pussy
Liebe ist für alle da
Mehr
Roter Sand

Clips

Pussy



Ich Tu Dir Weh

Voilà le message de fin d'année : l'amour est là pour tous. C'est beau. En tout cas, c'est ce que dit Rammstein avec Liebe ist für alle da. Cette revendication de leur sixième album a le mérite de détonner dans le paysage mercantile de Noël.

Mais que vaut ce dernier album des six allemands ?

Hé bien, après le mélancolique Rosenrot, ils signent là un opus en force avec un retour à l'énergie en bloc qui fait penser à leurs débuts. Le prélude Rammlied, l'éponyme Liebe ist für alle da, l'excellent Waidmanns Heil, le moins bon Mehr et l'étrange B******* sont autant de morceaux qui déménagent carrément, riffs saignant à l'appui. Saignant me semble le mot adéquat surtout lorsqu'on pense à la pochette mettant en scène les bouchers de Rammstein autour d'un cadavre. Tout premier degré serait mal placé mais, visiblement, c'est l'Allemagne qui a le plus de mal à appréhender la chose car c'est elle qui les censure tout particulièrement (mais tout ceci a une logique : s'il y a provoc, c'est qu'il y a une gène à provoquer.... et s'il y a gène, c'est qu'il y aura forcément censure...).

En tout cas, les rockeurs aiment décidément bien festoyer autour d'un bon steak humain. On se rappellera le clip Sick Sick Sick des Queens of the Stone Age qui donnaient lieu aussi à un joli banquet du genre (mais là c'étaient eux qui se faisaient bouffer). Cela fait toujours une suggestion d'idée pour le repas de Noël.


Dans une démarche plus introspective, le groupe se penche particulièrement sur son propre cas dans cet album. Cela fait penser à l'étape Take a look in the Mirror chez Korn (et je ne dis pas ça uniquement pour ressortir mes vieilles chroniques). Il y a bien sûr le punchy Rammlied qui fédère les membres dans leur quête musicale. Mais il y a aussi le moins évident Haifisch, superbement original et intéressant à décrypter. Aux sonorités Dépeche Modienne (sisi), le chanteur Tidd Lidemann use et abuse de métaphores pour évoquer les états d'âme de lui et ses comparses dans leur parcours existentiel d'artistes. Par exemple, il parlera de "6 coeurs qui brûlent" comme les 6 membres du groupe... mais aussi comme les 6 albums qu'ils ont sorti jusque là. En partant de cette vision, on peut alors s'attarder sur le refrain :
Und der Haifisch der hat Tränen
Et le requin a des larmes
Und die laufen vom GesichtQui coulent de son visage
Doch der Haifisch lebt im WasserMais le requin vit dans l'eau
So die Tränen sieht man nichtAussi les larmes ne se voient pas.

Avec un peu d'imagination, le "requin", c'est la provoque de Rammstein, qui revêt des dehors agressifs, et "les larmes qu'on ne voit pas", ce sont celles des clowns tristes que sont les membres du groupe. C'est très psychologique.


Mais recentrons-nous sur la musique car elle mérite bien aussi notre intérêt. Comme je le disais, Rammstein revient à des valeurs sûres de riffs énergiques. Waidmanns Heil ou Rammlied constituent des piliers de l'album avec des lancements dignes de Links à l'époque de Mutter. Cela, Rammstein le fait tout en continuant à développer leur tryptique à succès : solennité, puissance et contrôle. Ich Tu Dir Weh en est une belle illustration et le groupe ne s'y est pas trompé en choisissant le morceau pour en faire leur deuxième clip.

A propos de clip... cela m'amène au premier sorti qui a fait son petit buzz. C'est en effet Pussy qui a été choisi. L'habillage du titre (ou plutôt son déshabillage) est plutôt explicite à l'instar du sens des paroles. Mais justement : AMES PRUDES S'ABSTENIR ! NE REGARDER PAS LE CLIP PUSSY ! OLALA NON C'EST CHOQUANT ! NE SURTOUT PAS REGARDER !... c'est bon ? tout le monde a vu ? J'en fais des caisses mais le clip mis à disposition ici est bien censuré. En plus, la qualité de la vidéo est dégueulasse, son y compris (ne vous perdez pas en conjectures sur la baisse de la qualité de production chez Rammstein).

En concert, lors de leurs mégashows, Pussy permet au groupe de montrer à quel point il est content de voir son public. Cela devient particulièrement intéressant quand tout le monde se met à chanter "You've got a pussy, I have a dick, so what's the problem ? Let's do it quick".

Ce ton employé dans Pussy rappelle fortement l'ironie d'Amerika de l'excellent album Reise, Reise. On remarquera pour le coup que le groupe utilise l'anglais quand il se veut terriblement ironique ; ce qui peut faire penser à de la défiance vis-à-vis de la culture anglo-saxonne. Cette correspondance de ton avec une langue n'est pas propre à la langue de Shakespeare. Le français a aussi sa part belle. Mais autant pour l'anglais il s'agit d'ironie, autant pour le français il s'agit de faire dans la dramatique romantique. Dans Liebe ist für alle da, il y a tout un morceau dédié à une romance parisienne, Frühling In Paris avec des vrais bouts de français dedans. C'est quasi du mélo. On se souviendra que le français avait été utilisé dans une même veine sur Reise, Reise avec Amour. Voilà ce que nous, français, symbolisons aux yeux de Rammstein. La dramatique romantique. C'est émouvant.

Rammstein ne parle pas cependant d'amour qu'à la française. Dans Liebe ist für alle da, il en est aussi question en version 100% allemande. De façon prévisible, c'est alors plus carré mais il n'empêche que Tidd Lindemann ne sait pas trop ce qu'il raconte. Un coup, y'a de l'amour pour lui. Un coup, y'en a plus. Il est pas très clair.


Au final, ce nouvel album de Rammstein est quand même un peu court et il y a bien quelques morceaux de moindre saveur. Par exemple, Mehr n'est pas spécialement brillant musicalement même si les paroles ont une portée intéressante puisqu'elles décrivent ce besoin d'en vouloir toujours plus (dans quelle mesure s'agit il d'amour ici ? hm hm...). Mais globalement, le tout est une bonne surprise particulièrement si on s'attendait à du trop réchauffé. Entièrement dédié aux multiples voies que prend l'amour, il en évoque même certaines formes inédites comme celle employée par Joseph Fritzl (pour ceux qui resituent le bonhomme...) et dont il est fait allusion dans Wiener Blut.

En hommage à la féérie des fêtes de fin d'année, Rammstein nous envoie même un ange de Noël....

Oh un ange passe...
Kylord @ 22/12/09
 
  page web

25/12/09
Frohe Weihnachten, scheiße Welt !
(on a beau dire, l'allemand c'est trop la classe)


  page web

27/12/09
Danke schön ! (je me contenterai de ça pour ne pas risquer de froisser cette chère langue teutonne)


 
cereal politic

27/12/09
Salut Kylord! C'est marrant comme les paroles de groupes de rock allemands ( http://www.youtube.com/watch?v=Pep6nREBpS8 ) paraissent naïves et edulcorées, voire d'une espèce de romantisme enfantin,une fois celles-ci traduites en français(encore qu'ici c'est assez "liebe dit noeud" Mais c'est un peu ce que faisait AC/DC avec son gros canon , sur scène ... http://www.youtube.com/watch?v=xMUgmU_Hsjc Rhââ le steack humain , le plat le plus vieux du monde fait encore recette... )...


  page web

27/12/09
Ohoh que d'esprit monsieur le serial killer.

Je ne vais pas oser t'accuser d'amalgames mais, quand même, comparer Rammstein avec Scorpions est un rapprochement assez olé olé. J'ai ma foi du mal à trouver ce qu'il y a de naif et encore plus d'édulcoré chez les Rammstein. Et je ne parle même pas du romantisme enfantin. Pour le libidineux là je dis pas, y'a ptet un truc. Mais c'est s'arrêter trop vite au seul Pussy (et c'est là que la signification de Haifisch a toute sa profondeur). L'ironie des Rammstein est bien différente d'un délire électrique d'AC/DC si tu me permets.

Mais je crois voir aussi où tu veux en venir. Si un groupe français dans le style se permettait le même délire de paroles aussi crues et directes, c'est pas dit qu'il ait le même succès. Même qu'on les ferait bien chier ça se trouve. En même temps, c'est bien la langue allemande qui rend les choses intéressantes : la parole étant moins accessible, on est davantage sensible au ton et au non verbal.


 
céréal politic

29/12/09
Ha, mais je voulais simplement dire que la prestation scenique avec le symbole du canon =sexe sévèrement burné, ce n'était pas nouveau ;quand a AC/DC la baise libidineuse est évoquée la plupart du temps sur le ton de la franche rigolade (voir "the jack" qui parle de maladies veneriennes, ou "whole lotta rosie" qui raconte une nuit folle avec une grosse femme insatiable et lubrique http://www.youtube.com/watch?v=b8iKgIOwV2c .Bon, tout le monde sait que le sexe n'est pas subversif en soi (!), tout depend de l'utilisation que l'on en fait, le coté "gras" revendiqué ouvertement est une porte ouverte sur l'humour et en france, on peut parler de choses crues clairement sans évoquer le sexe directement : http://www.dailymotion.com/video/xz1an_les-rita-mitsouko-la-taille-du-bamb_music .On est bien d'accord, le tout tient dans la maniere d'en faire trop a propos d'une pratique que tout le monde connait, finalement commune, bref pas originale, ce n'est pas le sexe qui compte mais le veritable sujet est l'excitation...Et franchement, les groupes allemands semblent pris dans une nasse moralisante qui les etreint encore plus,quand ils prétendent s'en débarasser.'faut dire qu'apres la période post-hitlerienne, les stigmates ont été intégrés a tel point que sortir de la morale est peut etre douloureux pour cette population... http://www.youtube.com/watch?v=9xi4O4RvlnQ&feature=related . En tout cas, ou ils sont tres premier degres (genre scorpions ,dégoulinants de bons sentiments, mais tres festifs http://www.youtube.com/watch?v=_If_4UwgepQ ) soit ils se prennent au serieux (nan je ne dirais rien sur tokyo hotel), soit j'ai du mal a percevoir le second degres, la distance qui fait le charme, l'humour ect...


  page web

30/12/09
J'ai bien aimé ce dossier, ça m'a appris plein de trucs parce que moi question musique allemande je suis un peu djust.

Sinon ça n'a rien à voir mais j'ai découvert sur Twitter une fille avec comme pseudo Marion_MdM. Du coup j'ai cru à un plagiat (et j'aime pas trop ça). Elle a un site qui s'appelle MdM aussi, pour Monde de Marion : http://www.mondedemarion.info/.

C'est du vol non ?


  page web

30/12/09
Serial killer > Je vois, tu fais là un état général de la musique allemande à l'export. Je persiste quand même à dire que rammstein participe à faire la rupture avec "l'intégration des stigmates de la période post hitlérienne". Pour ça, je pense qu'ils cultivent volontairement l'ambiguité entre premier degré et second degré (qui du coup est moins évident). Si les gens croient que c'est du premier degré, la provoc marchera forcément mieux.

Et je pense que ça fait malgré tout aussi écho chez nous. Les Rita Mitsouko, entre autres exemples, c'est cru mais c'est plus contourné que franchement direct (et peut être plus ludique mais moins provoc'). Pour ça on est très fort en France (genre la sucette à l'anis de Gainsbourg qui fait bien marrer tout le monde, mais quand celui ci fait "I want to fuck You" à whitney houston, là c'est plus pareil tout le monde est tellement incroyablement retourné qu'on se tape la redif on TV à chaque fin d'année... alors que c'est juste un mec bourré qui dit ce qu'il lui passe par la tête... mais je m'égare dans ton vice extrapolatoire cereal). Cela dit, pour l'anecdote, à part Rammstein, on n'a sorti que des références pas très actuelles sur le sujet. Je dis ça comme ça.

Mike > Je me suis plongé dans le monde tranquille de Marion qui n'est certes pas violent. Après concertation avec nos services juridiques armés jusqu'au dent (ils étaient prêts à faire une boucherie), il s'avère qu'une comparution en justice ne nous donnerait pas forcément raison. Il n'est pas certain que les thèmes de son MdM recoupent en quoi ce soit le MdM du journalimse total. Sex & the city à la mode parisienne branchée techno ne peut quand même pas etre confondu avec les enquêtes super dures qu'on fait ici.

D'ailleurs j'en peux plus là. Je suis charette. Je crois que ce commentaire est super long. Bonsoir.

 
Nom
Email
Homepage
Commentaire

Etre alerté par mail en cas de nouveau commentaire :


Flux RSS
Des gens connus

Celle qui joue du violon

(sisi on le voit à un moment)

0

Une fois encore j'arrive après la bataille avec une belle découverte : Lindsey Stirling. Cette violoniste surdouée a repris des musiques de jeu vidéo et autres icônes de la culture geek (Star Wars, Lotr...), avec parfois un type qui fait des beuleubeuleu avec la bouche. Mais c'est surtout avec ses 2 albums qu'elle a cristallisé un art du violon qui transcende le moindre beat idiot de dubstep et permet au passage d’assommer moults zombies et autres cowboys. Sa maîtrise est parfaite, sans ombrage. Elle domine les éléments. Mais j'ai peur qu'elle se brise. Hors Shatter Me avec l'énervée Lizzy Hale, les collaborations sont souvent foireuses et pourtant de plus en plus fréquentes. Une telle virtuosité au service d'une production massive de soupe musicale est totalement angoissante. Normal que Lindsey en vienne à se poser des questions métaphysiques, mais quelle tristesse de la voir jouer un morceau 1000 fois entendus dans le métro et s'en remettre alors à Jésus parce qu’on l’écoute pas (alors qu'il suffisait de jouer autre chose et laisser ce Jésus là où il est)


Celui qui aime bien la pipe

Usul parle à ses chers contemporains

0

Usul est devenu mon mentor. Il a d'abord modestement élaboré des chroniques sur le jeu vidéo, avec une distance qui le distingue de la presse spécialisée partisane et une acuité qui le sépare du "journalisme" généraliste (qui massacre le jeu vidéo habituellement, à l'exception d'arrêt sur images). Il nous a remémoré de grands moments télévisuels (El Didou, Anne-Lise, spéciale dédicace). Il a introduit cette juste dose de réflexion philosophique dans les débats, en évoquant des thèmes aussi variés que la violence, l'humour ou le rêve. Il s'est moqué allégrement de la gente féminine et, là où c'est fort, avec sa contribution. Il a même charmé le sexe opposé sans vergogne. Désormais, il développe des analyses politiques à travers de savantes vidéos (tu ne t'intéresses pas à la politique ? tu devrais). Je n'ai jamais fait de commentaire de people aussi long. Usul je t'aime. Et puis je suis sûr que Drolyk s'entendrait bien avec Unul.


Celui qui va vous révéler un secret gratuitement car l'industrie du tabac le déteste

Alby's Hobbies

0

Alby a eu un parcours difficile. Se perdant d'abord dans des créations hasardeuses mettant en scène des licornes (ça n'a jamais rien donné de bon, enfin il me semble), il a fini par se trouver en réalisant de vrais chefs d'oeuvres tel son hommage au bilboquet (quelqu'un a le tel number de la brune de la vidéo?). Les plus grands talk show font désormais la promo de son film de ninjas (oui c'est l'émission d'une patate qui parle) et il réalise des montages bistrip avec les plus grandes célébrités. Forcément à ce stade, il ne lui restait plus qu'à produire une sex tape. Trop cool.


Celle qui rêvait d'un autre monde

0

Sponsor malgré elle de Monde de Merde™, Jennifer Ayache retrouve Superbus pour chanter un autre monde de Téléphone, hommage à peine dissimulé au susdit Monde de Merde™. Mais ça ne reste que du rock quoi. La reprise de Nirvana avec des paillettes était plus audacieuse.


Ceux qui faisaient du tourisme en Grèce

(et prédisaient les dégats de l'austérité avant l'heure)

0

Cette série abrégée des Chevaliers du Zodiaque est datée mais un tel cas d'école de détournement sous cocaine ne peut rester sous silence. Les mangas me sortent souvent par les yeux (qu'ils ont énormes) et l'astrologie me fait une sorte de fussoir mais ce dessin animé à l'imagerie ambiguë a carrément de la gueule vu sous cet angle. Moins frime que le remake d'Orelsan.


* tous les people *